En octobre 2010, sur recommandation de la conférence des ministres de l’Agriculture du continent, le conseil exécutif de l’Union africaine s’est prononcé en faveur de l’intégration de l’agriculture écologique et biologique aux politiques agricoles. L’UA s’est engagée à promouvoir l’AEB comme un moyen de sécurité alimentaire et nutritionnelle, d’éradication de la pauvreté et d’adaptation au changement climatique en Afrique. A la conférence de Lusaka (Zambie) en mai 2012, la proposition du Comité africain de l’AEB concernant l’institutionnalisation AEB a été examinée par l’organisation panafricaine et le Réseau africain pour la recherche en AEB (AFRONET) a été créé.

En effet, l’Agriculture Ecologique et Biologique est un système de production qui maintient et améliore la santé des sols, des écosystèmes et des personnes en s’appuyant sur des processus écologiques, la biodiversité et des cycles adaptées aux conditions locales plutôt que sur l’utilisation d’intrants ayant des effets adverses. Au Mali, la coordination du projet est assurée par l’AOPP et le volet Communication et Informations par l’IPR/IFRA de Katibougou. L’IER de Sikasso s’occupe de la recherche tandis que le volet transformation est géré par le RAMATRAC Bio.