Le siège du Conseil National du Patronat du Mali a servi de cadre le jeudi 16 septembre 2021 pour le lancement de la deuxième phase du projet Agriculture Écologique et Biologique (AEB-Mali). Cette phase II débute avec de nouvelles ambitions et nouveaux acteurs qui seront en charge de conduire les activités du projet.

Une vue de la salle lors du lancement de la Phase II AEB-Mali
Une vue de la salle lors du lancement de la Phase II AEB-Mali

L’AEB-MALI ou EOA est un projet initié par l’Union Africaine et soutenu financièrement par la Direction suisse du Développement et de la Coopération (SDC). La phase I a été mise en œuvre de 2013 à avril 2019 dans huit pays de l’Afrique (Mali, Sénégal, Benin, Ethiopie, Ouganda, Nigéria, Tanzanie et le Kenya. L’initiative AEB est une entreprise continentale mise en œuvre sous la direction et la supervision du Comité directeur continental présidé par l’Union africaine (UA) qui a délégué la gestion et la coordination du programme à l’ONG Bio vision Trust. Elle est conçue pour établir une plateforme biologique africaine, basée sur les meilleures pratiques disponibles et pour développer des systèmes d’agriculture biologique durables et englobe des systèmes de production holistiques qui soutiennent la santé des sols, des écosystèmes et des personnes. Elle repose sur des processus écologiques, une biodiversité et des cycles adaptés aux conditions locales plutôt que sur l’utilisation d’intrants externes ayant des effets néfastes sur la santé globale des populations (humaine, animale, végétale et environnementale). Son objectif global est de contribuer à l’intégration de l’agriculture écologique et biologique dans les politiques et systèmes nationaux de production agricole à l’horizon 2025 et d’améliorer la productivité agricole, la sécurité alimentaire, l’accès aux marchés des produits écologiques et biologiques.

La Phase I au Mali, était mise en œuvre depuis 2016 par des structures techniques réunies d’un Consortium. Il s’agit du Centre Régional de Recherche Agricole (IER-CRRA) ou Pilier 1 qui avait en charge le pilier recherche, l’Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée (IPR/IFRA) de Katibougou (pilier 2), qui avait en charge le volet Communication et Information, le Réseau Malien pour la Transformation du Coton Biologique (REMATRAC-BIO) ou pilier 3, qui était chargé de l’aspect chaîne de valeur et Développement du marché et l’Association des Organisations Professionnelles Paysannes (AOPP) qui avait en charge la Coordination du projet.

Après la fin de cette première phase en 2020, un appel à projet a été lancé et un nouveau consortium a été retenu. Il s’agit de « Alliance Agro écologique et Biologique du Mali (AAEB ». L’alliance est composée de l’ONG BACIR (Bureau d’Appui Conseil aux Initiatives Rurales) ou pilier 1 qui est chargée du volet « recherche et connaissances appliquées » l’Association Malienne pour la Solidarité et le Développement (AMSD) chargée désormais  du volet « communication et vulgarisation de l’information »,  l’UPSB (Union des Producteurs de Sésame Bio de Banamba) ou pilier 3 qui a désormais l’immense tâche du volet « Développement de la chaine de valeur et du Marché » et  la Fédération Nationale des producteurs de l’Agriculture Biologique et Equitable du mali (FENABE-MALI) qui est désormais le pilier chargé du volet « coordination & management (gestion, coordination et gouvernance » dans le cadre de la phase II du projet agriculture écologique et biologique (AEB-MALI) .

Ce nouveau Consortium compte promouvoir le sésame et le fonio bio contrairement à l’ancienne équipe qui a travaillé sur les filières pommes de terre et tomates.

Cette deuxième phase, également soutenue par la SDC et préparée conformément au Plan d’action et au Plan stratégique de l’Initiative AEB (I-AEB), comporte cinq objectifs :

Améliorer la qualité de vie de tous les ménages dans les pays mettant en œuvre l’AEB en intégrant les pratiques et technologies de l’agriculture écologique et biologique dans les systèmes agricoles nationaux ; mettre à la disposition des acteurs de la chaîne de valeur de l’AEB les informations et les connaissances dont ils ont besoin par le biais d’une recherche et d’entrepôts de données multidisciplinaires, participatifs, axés sur la demande et tenant compte des spécificités, favoriser l’adoption des technologies et des pratiques de l’AEB par la diffusion systématique de la recherche et des informations basées sur l’expérience, des connaissances et de la formation des acteurs de la chaîne de valeur, accroître considérablement la part des produits biologiques de qualité sur les marchés locaux, nationaux, régionaux et internationaux grâce au développement de la chaîne de valeur et au renforcement des marchés ; améliorer la gestion structurée et la gouvernance de l’AEB par la coordination, la mise en réseau, le plaidoyer, les plates-formes multipartites et le renforcement des capacités conduisant à des changements positifs dans les systèmes agricoles en Afrique.

Un nouveau pays fait son entrée dans cette nouvelle phase. Il s’agit du RWANDA.

La cérémonie d’ouverture de l’événement était présidée par le Secrétaire Général du Ministère du Développement Rural, Lassine Dembélé en présence de Moussa DIAWARA, Président de la FENABE, Yaya KANE, Président de l’APCAM, représentant la Chambre d’agriculture.

«Ce projet est une opportunité pour renforcer les acteurs de la filière agro écologique afin d’améliorer la productivité, la qualité des produits, accroitre le profit des acteurs qui vont devenir des leaders sur les marchés local, national et international. Le projet est en phase avec les Objectifs de Développement durable (ODD) ODD2 « Eliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable » et les Objectifs de la Politique de Développement Agricole du Mali (PDA) OSI « Assurer la sécurité alimentaire des populations et garantir la souveraineté alimentaire de la nation », a rappelé le numéro 2 du Ministère de l’agriculture.

Conformément à l’objectif recherché, cet atelier de lancement des activités de la Phase II a permis de partager le projet EOA et son évolution aux membres de la plateforme Nationale du Mali, son historique et son évolution institutionnelle, le CLO (pilier coordination) et les piliers partenaires de mise en œuvre du projet,  le plan d’action de la phase II (2019-2023), le plan d’action de l’année 2021 (les objectifs, les activités, les résultats et le budget) ainsi que la formulation des propositions de recommandations pour la bonne conduite de la nouvelle phase.

Lors de la cérémonie de clôture, Yacouba KONE, Conseiller Technique au Ministre de Développement Rural, a beaucoup insisté sur la prise en compte de ces recommandations par la nouvelle équipe dans la mise en œuvre des activités du projet.

M.Dolo

Source: Journal TJIKAN

previous arrownext arrow
Slider

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *