Les acteurs de la Chaîne de Valeur des produits biologiques étaient de nouveau de rendez-vous le samedi 7 mars 2020 dans le cadre d’une rencontre mensuelle de cadre de concertation d’acteurs de la  Chaine de Valeur de tomates bios, organisée par le REMATRAC-Bio, en charge du volet Chaîne de Valeur du projet Agriculture Ecologique et Biologique (AEB), un projet soutenu par l’Union Africaine pour l’institutionnalisation de l’agriculture biologique en Afrique.

valeur lors de la du 7 mars 2020 au siége de REMATRAC-BIO
Photo de famille des acteurs de la chaine de valeur lors de la rencontre du 7 mars 2020 au siége de REMATRAC-BIO

L’une des tristes réalités du combat de l’agriculture biologique est sans nul doute l’absence de cadre de concertations entre les différents acteurs qui interviennent dans la chaine de  valeur des produits bios mais aussi la méconnaissance des règles générales de la pratique de l’agriculture biologique. Ils évoluent presque de façon éparpillée.

Et c’est dans le but de palier à ces problèmes que le Réseau Malien pour la Transformation du Coton Biologique (REMATRAC-Bio), en charge du volet Transformation et Chaine de Valeur  du projet AEB au Mali et conformément aux nouvelles directives édictées par BIOVISION (en charge de la coordination en Afrique du projet) a multiplié des initiatives allant dans ce sens. La 1ère initiative a consisté à l’organisation des sessions de formations à l’attention de tous les acteurs. Il s’agit entre autres des semenciers, des producteurs,  des transformatrices, des commerçants et financiers. En plus d’être outillés sur les grandes notions liées à l’approche chaine de valeur, ces formations ont également permis aux participants d’échanger entre eux pour la résolution de certains problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. Par exemple, certains producteurs qui avaient des difficultés à vendre leurs produits, ont eu des solutions ou débuts de solutions avec des transformatrices ou commerçants fortement dans le besoin.

C’est dans le but de continuer à profiter ces opportunités d’échanges que REMATRAC-Bio a jugé nécessaire de procéder à la mise en place d’un cadre régulier de concertation (réseau) entre tous les acteurs qui interviennent dans l’approche chaine de valeur.

La toute première rencontre du réseau a eu lieu le 04 Janvier 2020. Cette première rencontre a été soldée principalement par la mise en place d’un véritable cadre de discussions permanentes entre les acteurs via le réseau whatshapp. Elle a été suivie de la rencontre du 8 Février 2020.

AGRISEM séduit….

Une exposition des semences d'AGRISEM lors de la rencontre du 7 mars 2020
Une exposition des semences d’AGRISEM lors de la rencontre du 7 mars 2020

La rencontre du 8 février 2020 a été marquée principalement par la participation active d’ AGRISEM, une société de vente de semences et de produits phytosanitaires. Ce cadre d’échange fut l’occasion pour l’équipe d’AGRISEM qui représente la marque East-West Seed au Mali, de partager avec les participants, leurs expériences dans la pratique de agroécologie ainsi que leurs produits dont des semences bios. Leur présence à cette rencontre a été très significative et ils ont pu séduire beaucoup de participants qui ont sollicité et bénéficié leurs expériences à travers des séances de formation  pratique sur le terrain dont la formation des membres de la Coopérative DJIGUIYA de Kolèbougou (Koulikoro) en technique de production de pépinière et l’équipe AEB du Pilier 3 le 24 février 2020 et des séances de démonstration des variétés East-West Seed International (Tomates : PADMA F1, PLATINUM F1, DIVA F1, POIVRONS : KAVERY F1, GANGA, OIGON : PREMA) et en technique de pépinière et d’entretien.

La dernière rencontre (celle du 7 mars 2020) a permis aux participants de discuter sur l’état de mise en œuvre des recommandations de la rencontre du 8 février 2020. Il s’agissait entre autres de :

-Procéder à la mise en place de personnes dirigeantes ;

-Faire des démonstrations sur terrain ;

-Identifier des bassins pour les essais d’AGRISEM ;

-S’atteler sur les négociations de services d’eaux ;

-Encadrer les paysans sur les techniques de marketing et de viabilisation ;

-Insister sur la certification des produits bio des membres du réseau.

Les discussions ont permis de savoir que presque tous ces points ont exécutés donnant ainsi un bilan très satisfaisant pour le réseau en moins de 2 mois d’existence seulement et tous les acteurs sont plus que jamais satisfaits des résultats obtenus en si peu de temps.

« Nous, nous sommes très contents surtout pour la rencontre d’aujourd’hui. Nous avons vu déjà des résultats surtout avec les récoltes de tomates et de pommes de terre. Nous sommes très contents aujourd’hui de ces activités là. Nous seront toujours là à les encourager et à les accompagner pour les besoins de semences mais également pour les besoins de formations maraichères »., s’est réjoui en ces termes, Mamadou KINDE, représentant de la société AGRISEM. Du côté des autres participants c’est le même sentiment de satisfaction pour avoir profité eux aussi du cadre.

« Je suis vraiment impressionnée par les atouts qu’offrent ces rencontres aux participants. C’est une véritable opportunité entre acteurs de la chaine de valeur de se venir en aide dans la résolution de certains de problèmes. Par exemple entant que transformatrice, je n’aurai pas de problème pour m’approvisionner en produits à transformer par unité. Les producteurs du réseau seront là pour m’approvisionner. Ceci est un exemple parmi tant d’autres. Je suis vraiment ravie. », s’est réjouit Mme Sow Fatoumata KINTA, transformatrice.

Pour Abdoulaye SACKO aussi, producteur maraicher bio à Samanko,  l’un des premiers avantages qu’il pu tirer de bio à Samanko  de ces rencontres du cadre de concertation des acteurs de la  Chaine de Valeur de tomates bios organisées par REMATRAC-Bio est sans nul doute le cadre de concertation créé entre producteurs, les transformatrices et commerçants pour la promotion de la chaîne de valeur. A cela s’ajoute, poursuit-il, la technique de fabrication de composts. Pour lui, le compost est l’élément le plus important dans la production.

« Également sur le plan markéting, on nous a mis en contact des partenaires pour nous aider dans a vente de nos produits. A côté de cela, on nous a outillés sur les différentes étapes de la production. C’est-à-dire depuis la production des pépinières jusqu’à la vente des produits. Vraiment le cadre nous a été bénéfique. », a tenu a rappeler Abdoulaye SACKO.

De son côté, Mme Maiga Diali Counda BASSE, Point Focal du projet AEB à REMATRAC-Bio (Pilier3), elle retient comme leçon de ces rencontres du cadre de concertation des acteurs de la  Chaine de Valeur sur la tomate bio «  » Elles nous ont permis de revoir un certain nombre de choses dont les bonnes pratiques agricoles, la composition du compost, les normes dans les transformations, les cahiers de charges aussi bien pour les producteurs que les partenaires techniques et financiers » »

Elle reste convaincue qu’avec la détermination de tous les acteurs, ils pourront mener de loin ce combat de promotion de la tomate bio en particulier et l’ensemble des produits de façon générale.

Source: Pilier Communication AEB-Mali

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
previous arrownext arrow
Slider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *