Le Réseau Malien pour la Transformation du Coton Biologique (REMATRAC-BIO), en charge du volet chaine de valeur du projet Agriculture Ecologique et Biologique (AEB) au Mali, (un projet soutenu par l’Union Africaine et mis en œuvre en Afrique par l’ONG Biovision, basée au Keneya), est entrain de multiplier des initiatives de promotion de la chaîne de valeur des produits biologiques en général et la tomate bio en particulier conformément aux nouvelles directives de biovision.

Après la distribution des semences de tomates bios aux producteurs maraichers, la tenue d’un atelier de formation des acteurs de la chaîne de valeur dont les producteurs, transformateurs, commerçants et fournisseurs d’intrants sur les techniques et stratégies de dialogue, de traçabilité, de contractualisation et de commerce le 9 décembre 2019, le Réseau Malien pour la Transformation du Coton Biologique (REMATRAC-BIO), était le samedi 4 janvier 2020 à son siège, situé à Kalabancoura (non loin du marché), soit moins d’un mois, au centre d’une autre activité de promotion de la chaine de valeur des produits biologiques. Il s’agit d’une rencontre d’échange entre les acteurs et les fournisseurs de services de la chaine de valeur dont des producteurs, commerçants, fournisseurs d’engrais et de pesticides bios etc… Elle visait à mettre en réseau ces différents acteurs qui interviennent dans la chaine de valeur des produits biologiques et plus précisément la tomate bio.
Un objectif qu’on peut dire atteint, car les discutions entre les acteurs lors de cette rencontre ont permis de trouver entre eux quelques débuts de solutions à leurs problèmes. Par exemple, les producteurs de tomates bios qui se plaignaient du non écoulement de leurs produits, c’est-à-dire du manque d’acheteurs, ont eu la solution à leurs problèmes auprès des commerçants et des transformatrices à la recherche des mêmes produits.
La rencontre fut également l’occasion pour Moussa Diallo de la caisse d’épargne, « Sôrô Yiriwasso » de donner des éclaircissements sur le processus de demande de financements. Des éclaircissements qui ont été très appréciés par les autres participants.
Tel que voulus par Mme Maiga Diali Counda Basse, Point Focal du projet AEB à REMATRAC-Bio, les échanges ont permis aux acteurs d’échanger leurs contacts dans le but de pouvoir continuer à travailler ensemble pour l’atteinte de leurs objectifs spécifiques.

L’intiative a été très bien saluée par les participants comme en témoignent ces impressions de Sidiki DIARRA, responsable commercial de « Mali en Engrais », une usine de production d’engrais organiques basée au quartier Sebenikoro de Bamako (non loin de la colline).
« Ça été une très bonne rencontre. Car elle a permis de réunir l’ensemble des acteurs de la chaine de valeur dont des producteurs, des transformateurs et transformatrices, des commerçants, des fournisseurs d’intrants etc…pour discuter de leurs problèmes. Et à mon avis, rien ne vaut la chaine de valeur dans ce processus car qui dit producteurs dit forcément fournisseurs d’intrants et qui dit transformatrices dit productrices aussi. Moi je pense que c’était vraiment utile cette rencontre car elle m’a permis par exemple de parler de notre usine de fabrication de d’engrais organique aux autres acteurs dont leurs producteurs qui ont forcement besoin de nous pour travailler en utilisant nos engrais et vis-versa. »
Conformément au programme, la rencontre a terminé par la formulation de quelques recommandations fortes pouvant œuvrer à la mise en place d’un cadre de réseautage entre différents acteurs. Parmi ces recommandations, figure la tenue d’une rencontre périodique régulière entre acteurs. C’est la date du 8 février 2020 qui a été décidée pour la prochaine rencontre au siège du REMATRAC-BIO.
Dans ses mots de clôture, Mme Maiga Diali Counda Basse a tenu à remercier l’ensemble des participants pour leur présence et leurs engagements dans ce combat de l’agroécologie au Mali.

Source : Pilier Communication AEB

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *