L’Association des producteurs du coton africains (AProCA) a organisé, vendredi dernier, à son siège à Badalabougou, un atelier ayant pour but de procéder à une mise à niveau des acteurs nationaux sur le contenu de l’acte de constitution de la Coalition pour le coton biologique et équitable (CCBE) de l’Afrique de l’Ouest, et élaborer et valider un plan d’action de la Coalition pour le coton biologique et équitable du Mali (CCBE-Mali).

Présidé par le secrétaire permanent de l’AProCA, Youssouf Djimé SIDIBE, l’atelier s’est déroulé en présence de Siaka DOUMBIA, responsable Helvetas ; d’Issa COULIBALY, chargé de projets à l’Association d’organisations professionnelles paysannes (AOPP) ; de Fagaye SISSOKO, Institut d’économie rurale (IER) ; d’Issiaka DEMBELE, de la Direction commerciale de la CMDT.

On y notait aussi la présence des responsables de la Fédération nationale de l’agriculture biologique et écologique (FENABE) ; du Groupement interprofessionnel biologique (GIP-Bio), du Réseau malien des transformateurs de coton (REMATRAC-Bio), d’IPR-IFRA de Katibougou.

D’emblée, le secrétaire permanent de l’AProCA a vivement félicité les participants pour leur promptitude à répondre à son invitation. Ce qui, a-t-il souligné, dénote de l’importance qu’ils accordent à la promotion du coton écologique et biologique.

Aussi, a-t-il rappelé, la création de la CCBE-Mali est une recommandation de la 4e conférence internationale sur l’Agriculture écologique et biologique (AEB) que le Mali, à travers l’AOPP, a organisée en décembre 2017.

En effet, à la faveur de ce rendez-vous de Bamako, le Groupe de travail coton, après une série de présentations dont la mise en place de la Coalition pour le coton biologique et équitable (CCBE) en Afrique de l’Ouest, a formulé d’importantes recommandations. Il en ressort que pour le développement institutionnel de la mise en route du projet de réseau qu’il faudra, entre autres : un répertoire de tous les acteurs ; un comité mixte pour un plaidoyer de l’ensemble des organisations membres ; une communication de la Coalition à l’endroit de la CEDEAO ; un plaidoyer dans les pays à l’endroit des gouvernants ; l’engagement des partenaires privés, sociétés cotonnières pour soutenir la Coalition, ainsi que l’encadrement, la certification et la production du coton graine bio.

Par ailleurs, a noté M SIDIBE, l’objectif de la CCBE est de passer de 0,5 % à 5 % la production de coton biologique et équitable.

Et les spécialistes de préciser que les 5 % de coton biologique et équitable pourront apporter 100 milliards FCFA dans les 4 pays (Burkina, Benin, Mali, Sénégal).

« Au vu de cette donne, le jeu en vaut la chandelle », s’est réjoui le secrétaire permanent de l’AProCA.

Selon M SIDIBE, actuellement, le marché international est demandeur du coton-bio équitable, mais également les producteurs, à travers la FENABE, sont disposés à en produire assez au Mali.

La Coalition coton Bio et équitable (CCBE) de l’Afrique de l’Ouest vise à créer une structure permanente fournissant des services stratégiques pour ses membres. Sa mission porte sur 4 objectifs majeurs, à savoir : la commercialisation du coton bio, tout en améliorant les services commerciaux pour les acteurs nationaux et en augmentant la transparence de la filière coton biologique et équitable et les relations avec les acheteurs mondiaux de la fibre sur la base de partenariats ; un service d’information dynamique, basé sur un système informatique novateur qui donne les informations nécessaires pour favoriser la transparence et la traçabilité pour les acteurs ; une production intensifiée du coton biologique ; la capacitation et la mise en réseau des acteurs.

Par ailleurs, il s’agira pour la Coalition de convaincre les producteurs à investir dans la matière organique dans tout le processus de production du coton bio ; d’assurer une communication en temps réel et prompt entre la production et le marché ; de développer des standards au niveau sous régional pour assurer une meilleure qualité des produits ; stimuler et encourager la transformation du coton biologique dans la sous-région.

Les acteurs maliens sont convaincus que la CCBE va permettre un développement continu du coton bio et équitable dans la sous-région, par l’augmentation de la fertilité du sol, ainsi que l’amélioration des conditions de production et de revenus pour les producteurs du coton. Et que l’Afrique de l’Ouest sera positionnée comme région de qualité pour le coton durable et équitable.

A l’issue de l’atelier, un plan d’action au titre de 2018 a été adopté par les participants, assorti d’un chronogramme et de responsabilisation.

Ainsi, ils ont convenu de se retrouver le 30 mars 2018 pour faire le point de la mise en œuvre dudit plan qui s’articule autour de certains ponts entre autres : actualiser le document de base de la Coalition ; prendre contact avec les structures (ministères Agriculture, Environnement, Industrie, la Commission Développement rural et environnement AN, CMDT, C-NSCPC/UR-SPCP Kita, COMATEX) ; faire l’état des lieux de la production, commercialisation et transformation du coton bio au Mali ; élaborer un projet de règles de fonctionnement de la Coalition ; organiser l’atelier de lancement de la CCBE –Mali ; rechercher les financements pour assurer l’animation et le fonctionnement de la CCBE Mali, etc.

Par Sékou CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *