Dans le cadre du suivi de l’exécution du Projet d’Agriculture Ecologique et Biologique, une équipe de supervision kenyane est présentement au Mali. Leur visite concerne l’ensemble des acteurs et des structures intervenant dans la mise en œuvre de ce projet. Il s’agit aussi pour cette équipe de s’imprégner de la gestion du projet par les acteurs, de recenser les difficultés qu’ils rencontrent à cet effet ainsi que de partager les expériences de part et d’autre.

En effet, l’Agriculture Ecologique et Biologique est un système de production qui maintient et améliore la santé des sols, des écosystèmes et des personnes en s’appuyant sur des processus écologiques, la biodiversité et des cycles adaptées aux conditions locales plutôt que sur l’utilisation d’intrants ayant des effets adverses. Au Mali, la coordination du projet est assurée par l’AOPP et le volet Communication et Informations par l’IPR/IFRA de Katibougou. L’IER de Sikasso s’occupe de la recherche tandis que le volet transformation est géré par le RAMATRAC Bio.

Selon une source proche de l’AOPP (Association des Organisations Professionnelles Paysannes), le projet recouvre un ensemble de techniques agricoles visant à travailler le sol de façon à respecter les conditions physiques, chimiques et biologiques nécessaires à la restauration et au maintien à long terme du potentiel productif : semis direct, sous couvert végétal, utilisation de plantes de couverture, de trous de semis, fertilisants naturels, haies vives, etc. Cette agriculture, ajoute notre source, désormais soutenue par l’Union Africaine et la FAO, améliore la santé des sols, des plantes, des animaux, des hommes et de la planète.

Le projet est basé au Kenya. C’est dans le but de s’imprégner de sa bonne mise en œuvre, qu’une équipe de supervision Kenyane effectue actuellement une visite d’échanges avec l’ensemble des structures qui interviennent dans ledit projet.

Le mardi 14 mars dernier, l’équipe de supervision s’est entretenue avec les responsables de l’AOPP qui assure la coordination du projet et ceux de l’Institut d’Economie Rurale (IER) de Sikasso. Après, les superviseurs se sont rendus à l’Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée (IPR/IFRA) de Katibougou qui assure le volet Communication et Informations du projet.

A son arrivée, la délégation a été accueillie par le Secrétaire Général de l’IPR/IFRA de Katibougou, Dr Siaka Doumbia, représentant le Directeur Général en déplacement en Ethiopie dans le cadre d’une rencontre.
Dr Siaka Doumbia a remercié les responsables du projet pour le choix porté sur l’IPR/IFRA pour assurer le volet communication. Il a profité de l’occasion pour faire une brève présentation de l’IPR/IFRA, notamment, l’historique de sa création, ses missions, son fonctionnement, ses offres de formation ainsi que ses partenaires.

A sa suite, le Secrétaire Général, Amadou K. Coulibaly, point focal de l’AEB à l’IPR/IFRA de Katibougou a rappelé les actions phares réalisées dans le cadre du projet. Il s’agit de la tenue d’une conférence-débats ayant vu la participation des responsables du projet AEB-Mali dont le député Tiassé Coulibaly, président de l’AOOP, le coordinateur Seydou Tangara, les autorités administratives de Koulikoro, les enseignants et étudiants de l’institut ainsi qu’une visite des parcelles écologiques et biologiques à Koulikoro notamment la technique des murets à Souban, les parcelles bio des femmes de Kolèbougou, les parcelles du potager et celles du Centre d’Innovations Vertes de l’IPR/IFRA de Katibougou.

Selon Amadou Coulibaly, toutes ces activités ont été une réussite car ayant suscité un intérêt particulier chez d’autres personnes qui l’ont contacté pour s’intéresser au projet.

D’autres activités citées par Amadou K. Coulibaly sont la visite des parcelles maraichères de Samanko ainsi que le Centre Ndomo de Ségou en collaboration avec le Réseau Malien des Transformateurs de Cotons-Bio (REMATRAC-BIO). Le point focal n’a pas manqué de souligner quelques difficultés rencontrées dans le cadre de ce projet comme le retard dans l’ouverture du compte du projet.

Lors de cette rencontre, les superviseurs kenyans ont voulu avoir des précisions sur les résultats atteints à l’issue des activités. Ils ont aussi demandé si l’Agriculture Ecologique et Biologique est enseignée comme une matière à part à l’IPR. En outre, ils se sont aussi renseignés sur le mode de gestion financière du projet, les textes de référence, les procédures de décaissement de l’argent, etc.

Après avoir reçu les réponses à toutes leurs préoccupations, les superviseurs kenyans ont remercié l’IPR/IFRA pour les résultats obtenus en si peu de temps malgré les énormes difficultés. Avant d’exprimer leur disponibilité et leur ouverture à d’éventuelles questions d’éclaircissement.
Enfin, le Secrétaire Général de l’IPR/IFRA a remercié l’équipe de supervision kenyane pour sa façon de travailler qui leur a permis de découvrir beaucoup de choses.

La rencontre a été suivie d’une visite guidée des parcelles écologiques et biologiques au jardin potager de l’IPR/IFRA de Katibougou
Après l’IPR/IFRA de Katibougou le 15 mars dernier, l’équipe de supervision s’est entretenue le lendemain avec les membres du pilier 3 du projet, le REMATRAC bio toujours dans le même but.

  1. Dolo

Une pensée sur « Une équipe de supervision Kenyane en visite au Mali pour s’enquérir de l’état d’exécution du projet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *