Visite de terrain Samedi (31/12/ 2016) à Koulikoro des réalisations du projet Agriculture écologique biologique.

Cette visite s’inscrit dans le cadre du programme de vulgarisation et de communication du projet qui vise à promouvoir l’agriculture biologique axée sur le renforcement de la sécurité alimentaire et protection de l’environnement. Le projet AEB est un programme de l’Union africaine inscrit dans 8 pays en Afrique pour une durée de 4 ans

La sécurité alimentaire et nutritionnelle est placée au premier degré de la préoccupation du gouvernement malien et par ricochet de toute l’Afrique. Pour y parvenir, des dispositifs de fer sont progressivement mis en place par les différents responsables du continent pour surpasser ce souci. C’est dans ce concept que l’union Africaine a réfléchi sur le mécanisme de production  agricole  biologique tout en respectant l’environnement, d’où la mise en place du projet Agriculture Ecologique Biologique (AEB). Cette Agriculture vise essentiellement à produire à travers un système basé sur les pratiques  culturales ancestrales africaines  mais dans une vision plus améliorée. Une technique qui respecte a juste titre,  les normes environnementales de la nature avec des rendements conséquents. Il s’agit de la culture sans engrais, ni pesticide  chimique de synthèse.  Ce qui résulte que les intrants agricoles sont  de la matière organique. Car il ressort selon les scientifiques du domaine de l’Agriculture, certes l’organisme humain a besoin d’un certain nombre de calorie pour vivre, mais aussi une diversité alimentaire  et de nutriments pour le maintien de la santé et de la défense immunitaire.

8 pays de l’Afrique adoptent le projet AEB dont 4 en Afrique de l’Est et 4 en Afrique de l’ouest. Au Mali, le projet AEB est porté par l’AOPP (association des organisations de  professionnelles paysannes). Il est fondé sur 4 piliers essentiels

  • Le volet recherche porté par (IER) ;
  • La communication et l’information par IPR/IFRA de Katibougou ;
  • La transformation par RAMATRA Bio ;
  • La coordination par l’AOPP.

La visite de terrain de ce samedi s’inscrit dans le cadre de la vision de communication, vulgarisation et   de promotion du projet au Mali. Plus d’une dizaine de journalistes ont accompagné les responsables et les techniciens sur les différents sites d’expérimentation à Koulikoro sous le couvert de l’IPR/IFRA. La visite consistait à faire découvrir les réalisations du projet aux communicateurs dans la perspective d’un accompagnement pour une meilleure diffusion de la technique auprès de la population malienne. La visite a conduit sur 3 sites notamment les jardins maraichers de Kayo, de Kolebougou et à l’IPR. A Kayo, les visiteurs ont été imprégnés  des réalisations  dans un vaste potager, le système de muret qui consiste au  développement de la culture dans  les petites parcelles sous forme de murs. Un système qui marche fondamentalement bien avec le projet. L’étape de Kolebougou a permis de visiter le jardin du groupement des femmes de ce quartier qui bénéficie de l’accompagnement technique du projet. Quant à la visite de l’IPR, elle se résumait en celle du jardin potager et du centre d’innovation vertes (CIV). Les visiteurs ont été largement édifiés sur les différentes orientations technologiques et socioéconomiques du  projet.

Il appartient donc, au gouvernement malien de s’approprier mieux de cette nouvelle méthodologie technologique agricole pour booster la politique de sa sécurité alimentaire et nutritionnelle. Une méthode qui cadre bien avec l’aspiration des producteurs maliens qui ont déjà de vraies notions de ce mécanisme.

La vulgarisation conduira tout d’abord à la accroissement    rapide des rendements  sans dépense exagérée mais qui prend en compte l’aspect environnemental. Conséquence : l’amélioration de la santé de la population, mais aussi vivre dans un environnement saint.

Nayté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *